Un peu de couleur dans le métro ?

27-01-14_L13 28-01-14_L13

Il y a parfois des poèmes, dans les rames du métro, je vous traduit quand même mon écriture de cochon :

Je glisse et silence rue Git-le-coeur quand les matins sont
Des tempêtes qui marchent et je vois parfois venir la Seine
Une robe sublime, une robe rouge comme un chat
Mais déjà les murs cherchent l’oubli

(…)

Alain Duault